Se sentir en sécurité pendant un cours de chant

Emmanuelle Trinquesse |  17 mai 2020 |  , ,

Le cours de chant : un lieu de sécurité, de liberté d'explorer

Une autre vision de la pédagogie vocale 

C'est un des rôles du prof de chant ou du coach vocal que de créer un espace de sécurité pédagogique pendant un cours de chant.

J'aimerais dans cet article revenir avec vous sur ce pont qui me semble vraiment essentiel lorsque l'on s'intéresse à la pédagogie vocale.

La responsabilité du prof de chant

Une de mes élèves m'a un jour dit : « tu tiens mes rêves entre tes mains »

Wahou ça m'a chamboulée…

Quelle responsabilité !

Une autre m'a récemment remerciée de la plus belle manière qui soit : « ce que nous avons fait ensemble a changé ma vie… »

J'en ai été émue au point de sentir les larmes monter.

Ces retours si touchants nous disent aussi combien le rôle du prof de chant peut, dans certains cas, être important.

En avoir conscience c'est aussi accepter les responsabilités qui vont avec.


Les histoires se multiplient aussi lorsque nos élèves se confient :

« ma 1ère prof m'a dit que je chantais faux, depuis je n'ose plus chanter »

« mon prof me disait que j'étais pas expressif, je me sens d'autant plus coincé »

Il n'est même pas certain que les profs aient voulu exprimer cela.

Mais peu importe c'est ce qui a été entendu et retenu !


Je raconte souvent cette anecdote qui m'a profondément touchée.

À l'époque j'étais adolescente et chanter était toute ma vie…

Ma prof m'a dit, ou du moins j'ai cru entendre : « tu as une petite voix, il va falloir faire avec »

Ça n'était pas méchant.

Ma prof était une personne charmante, attentive, encourageante.

Elle ne s'est pas doutée que cette simple phrase allait me suivre des années.

La plupart du temps évidemment les profs n'ont pas du tout l'intention de blesser.

C'est une phrase anodine qui est même parfois réinterprétée par le chanteur à qui elle s'adresse.

Elle résonne avec quelques choses de profond…

Et il est rare que le chanteur ose demander des précisions, ose vérifier qu'il a bien compris ce qui venait d'être dit.

De peur que ce soit pire peut être ?

Ou parce-qu'il n'a pas conscience que cette phrase l'a touchée ?

Alors oui il existe quelques profs qui dévalorisent leurs élèves.

J'en ai hélas croisés quelques uns.

Mais ils sont je crois, j'espère, peu nombreux.

Les profs gourous tendent aussi à disparaître il me semble.


Non souvent c'est juste une forme d'inattention.

On ne peut pas toujours en tant que prof savoir ce que nos remarques vont engendrer.

Il peut s'agir aussi d'un manque de formation quant au dialogue pédagogique.

La « méchanceté gratuite » est heureusement très rare.

Mais oui les mots prononcés par les profs de chant, les coachs vocaux sont importants.

Car on se livre quand on chante.

On montre une partie de notre intimité.

Et les mots peuvent résonner en nous bien après avoir été prononcés.

Ils peuvent toucher quelque chose d'essentiel, de profond.

D'autant plus quand ils viennent de notre prof en qui on a confiance.

Ou d'un proche bien sûr.

Ils peuvent aussi toucher quand ils viennent d'un hater…

C'est d'ailleurs une des peurs du succès…

J'en ai parlé dernièrement par ici : https://www.chantvoixetcorps.com/gerer-les-peurs-de-reussir-coaching-vocal/


Sentir quand une phrase nous touche ou nous blesse

Prendre conscience qu'une phrase anodine, qu'un retour un peu trop critique peut nous blesser est une étape essentielle.

En sachant qu'avoir une « petite voix » me contrariait j'ai pu trouver des stratégies.

Et en tant que prof en sachant que mes mots sont potentiellement blessants j'apprends à y faire plus attention.

Avoir entendu que j'avais une petite voix m'a vraiment touchée.

Ça m'a certainement à l'époque renvoyée à ma timidité.

D'ailleurs je pense qu'il aurait été pertinent de demander à ma prof ce qu'elle voulait dire.

D'affronter cette peur d'être condamnée à une petite voix.

Ça m'aurait éviter de réinterpréter ces propos et de les crystalliser.

Car oui ça a été difficile.

Mais depuis je sais que je peux avoir une voix puissante.

J'ai mis longtemps très longtemps, trop longtemps à la trouver cette voix.

Mais je sais qu'elle est là.

Car avoir une petite voix un jour ne signifie pas avoir une petite voix toujours.

Une phrase, une remarque, une critique énoncée un jour ne nous enferme pas pour toujours.

Ça ne fait pas ce qu'on sera dans 3 mois, un an, dix ans…

Il est donc de la reponsabilité du prof de chant d'être attentif à ce qu'il dit,

Et de créer un espace où son élève pourra échanger librement, discuter de ses remarques, apprendre à se connaître vocalement.

Parce-que oui il est aussi de la responsabilité de l'élève d'oser poser des questions, d'oser clarifier un propos.

C'est un partenariat que seul un espace de sécurité et de liberté peut créer.

Alors oui le prof a la responsabilité de créer, autant que possible, cet espace de sécurité.

Il doit je crois être très attentif à ce qu'il dit.

Ça n'est pas se taire non car ce serait totalement contre productif.

C'est au contraire créer un espace où le chanteur peut s'exprimer librement.

Où les échanges peuvent être simples et sincères.

les questions, les remises en question ont leur place.

les erreurs sont un jeu.

Je ne dis pas que c'est simple et qu'on y arrive facilement.

Ça demande beaucoup d'attentions et d'efforts.

Il ne s'agit surtout pas de faire de faux compliments.

Il ne s'agit surtout pas de rester distant.

Il s'agit de créer un lieu où l'échange est possible et sincère.

la peur du jugement s'efface petit à petit.

Où la vulnérabilité devient une force.

Où l'on peut tester sans avoir peur du ridicule.

Où chacun trouve sa place…

Comment créer cet espace de sécurité ?

Vous allez me dire c'est bien beau mais concrètement comment ça se passe ?

C'est notamment grâce à un dialogue ouvert et attentif que cet espace de sécurité peut exister.

Il y a des techniques, oui oui des techniques d'écoute active.

C'est ça aussi la pédagogie…

On peut apprendre à :

  • poser les questions adaptées au bon moment
  • avoir un autre regard, plus positif
  • savoir écouter, comprendre grâce notamment à la reformulation ce que notre élève veut améliorer
  • trouver un vocabulaire adapté, précis
  • apprendre à faire des retours liés au contexte, ne pas généraliser
  • savoir formuler un retour positif

Voici deux exemples pour illustrer mon propos


Encourager le processus et non valider le résultat

Je travaille avec de nombreux profs internationaux.

Étant coordinatrice internationale pour l'AFPC j'ai la chance d'échanger avec de nombreux pédagogues étrangers.

J'ai aussi assisté à de nombreuses master-class internationales.

Et j'ai beaucoup beaucoup appris !

Je me souviens d'une master-class que j'avais trouvée assez incroyable.

C'était une master class de comédie musicale.

La chanteuse était formée en lyrique et souhaitait apprendre le belt et la prof américaine était très encourageante.

Son attitude corporelle ouverte, ses encouragements verbaux créaient un climat de confiance.

Il faut rappeler que coacher et être coaché devant 200 ou 300 profs de chant ça n'est pas si simple…


Dans ce contexte si particulier créer un espace de sécurité est d'autant plus important.

Cette prof donc répétait notamment souvent « good, yes ……. good ……… good, excellent… »

Au moment des questions à la fin de cette master-class un confrère Allemand me semble-t-il posa une question qui je crois illustre assez bien mon propos :

« Pourquoi dites-vous tout le temps « good » alors que le son n'est pas celui recherché ? N'est-il pas dangereux de valider un son qui n'est qu'approximatif ? »

La prof ainsi interrogée m'a semblée amusée par cette question et a juste répondu : « je ne valide pas le son, c'est à elle de le valider, ce choix lui appartient, je ne fais que la guider vers ce qu'elle souhaite obtenir. Mon rôle c'est de valider le process pour qu'elle trouve le son souhaité. »

Avec des encouragements répétés.

Sans pour autant évidement négliger les points à améliorer…

Créer un espace d'exploration, de découverte

Valider le process et non le résultat est donc essentiel.

L'exploration est aussi un élément constitutif de cet espace de sécurité pédagogique.

Par exemple plutôt que de dire : « tu devrais ouvrir plus la mâchoire pour tes notes aigues » proposer « et si on regardait ce qui ce passe quand tu ouvres plus ou moins la mâchoire ? Qu'est-ce qui te semble le plus confort ? Qu'est-ce qui correspond le mieux à l'esthétique que tu recherches ? »

C'est un dialogue plus ouvert qui débouche sur de vraies stratégies personnalisées.

Alors oui ça demande au chanteur de savoir écouter ses sensations.

(J'ai écris un petit article d'ailleurs sur l'intérêt des sensations en pédagogie vocale si ça vous intéresse.)

Ça nous demande de réfléchir sur ce qu'on veut en tant que chanteur.

De faire progressivement ses choix, de prendre ses décisions.

Et c'est parfois difficile.

Surtout quand on a vécu dans un monde où les autres choisissent souvent pour nous.

C'est aussi oui sauter dans le grand bain c'est vrai.

Mais se sentir libre c'est aussi savoir ce qu'on veut et ce qu'on ne veut pas.

C'est un processus qu'accompagne le prof de chant.

C'est même certainement un des rôles principaux d'un prof.

Guider vers ce que veut l'élève et non imposer sa vision du chant ou du bien chanter.

Instaurer un dialogue où le prof n'est pas le seul décideur.

Un espace de sécurité pour se découvrir.

Pour comprendre ce que l'on veut vraiment.

Pour pouvoir faire des choix plus librement.

Pour expérimenter, pour trouver le chemin, les chemins qui nous correspondent.


Ne pas attendre du prof de chant toutes les réponses 

Je vois si souvent mes élèves me dire : « mais toi tu en penses quoi ? »

Comme si ma validation était plus importante que la leur.

Je veux bien leur donner mon retour bien sûr, leur faire part de mes impressions, mes ressentis.

Mais j'ai aussi conscience que le leur est bien plus important.

Je ne détiens pas la seule et unique vérité.

On peut avoir noté la même chose, ou pas.

Mais je ne veux pas me substituer à ce qu'ils ressentent, entendent ou souhaitent.

En tant que pédagogue j'accompagne leur chemin.

Parce-que oui c'est le leur bien avant d'être le mien.

Cet espace de sécurité oui permet aussi de développer sa confiance.

C'est une aventure vers une forme d'autonomie vocale.

Alors nous prof de chant nous avons la responsabilité de faire notre maximum pour créer un espace de sécurité où de fait le meilleur peut arriver !

Qu'en dites-vous ? Vos retours sont les bienvenus dans les commentaires…

Pour en découvrir plus...

Que maîtrisez-vous le moins ?

29 novembre 2018 |  , , , , ,

Par où commencer notre pratique vocale ?

 

Dans le post précédent nous avons réfléchi à la notion de bien chanter.

Si vous ne l'avez pas encore lu je vous invite à le faire avant de lire la suite…

Reprenons maintenant la liste que vous avez rédigée et qui pour vous représente les 5 compétences d'une personne dont vous diriez qu'elle chante bien.

La technique vocale ça sert à quoi ?

1 septembre 2013 |  , , , , , , , ,

La technique vocale ça sert à quoi ?

D’abord à ne pas se faire mal. En effet même si les cordes vocales ont une capacité incroyable de régénération un mauvais geste vocal répété débouche le plus souvent sur une pathologie vocale… Si vous vous fatiguez la voix c’est que la technique n’est peut être pas appropriée et il est nécessaire d’y remédier le plus vite possible!!!

L'importance de se fixer des objectifs vocaux

23 novembre 2018 |  , ,

Les objectifs vocaux

 

Savoir où l'on va pour progresser sereinement…

 

Mark Twain disait « Je peux enseigner à n'importe qui comment obtenir ce qu'il veut dans la vie. Le problème, c'est que je peux difficilement trouver quelqu'un qui peut justement me dire ce qu'il veut. »

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S’abonner à la chaine YouTube

Aucun événement n'a été trouvé

lun

11

Jan

Du 11 janvier 2021 au 26 mars 2022

Formation professeur de chant et de technique vocale

Montpellier et en ligne |  28 commentaires

Tout afficher