Gérer les peurs de réussir…. Coaching vocal

Emmanuelle Trinquesse |  29 avril 2020 |  , , , ,

Coaching vocal

Comment gérer une des peurs du succès…

 

Hier j'ai eu un coaching vocal passionnant avec une de mes élèves.

Passionnant mais retournant.

Depuis j'y repense assez souvent…

Et pourtant je connais bien cette problématique pour l'avoir vécue…


Coaching vocal de Julia

 

Donc revenons à ce coaching…

Julia a 26 ans. (Je précise que ça n'est pas son vrai nom…)

Elle a une passion : le chant mais elle bosse dans tout autre chose pour gagner sa vie.

Elle vit son rêve en secret car chanteuse ça n'est pas « un vrai métier. »

Cette demoiselle a une voix hallucinante.

Elle s'est entraînée des centaines et des centaines d'heures avant d'avoir osé dire qu'elle chantait « un peu, de temps en temps, pour le plaisir, sans prétention… »

Alors qu'en vrai de vrai c'est sa passion le chant.

Une de ses passions qui vous prend au corps…

Et quand elle chante, même en ligne vu qu'en ce moment on en confiné, j'ai des frissons tant sa voix me transporte.

Hier elle m'a fait écouter, pour la 1ère fois, une de ses compos.

Elle ne me l'a pas chantée en direct mais a préféré me faire écouter son enregistrement.

J'ai trouvé ça magnifique !

Mais déroutant.

Car elle ne souhaitait pas chanter son morceau devant moi.

Et à l'écoute on entendait qu'elle avait probablement passé beaucoup de temps à gommer ce qu'elle considérait comme des imperfections.

C'était trop juste, trop précis rythmiquement pour être « vrai ».

Et que son morceau si touchant pouvait peut être un peu perdre en authenticité.

C'est d'ailleurs elle qui l'a formulé ainsi…


Un besoin de perfection…

Bien sûr nous avons longuement discuté de son besoin que le chant soit « parfait ».

Pourquoi ne souhaitait-elle pas chanter devant moi ?

« Par peur de perdre le contrôle et de ne pas montrer mon meilleur côté vocal »

«  j'ai peur que tu n'aimes pas, que les gens, ma famille n'aiment pas… »

« J'ai l'impression que ça n'est pas assez abouti »

« Je n'ai pas assez travaillé dessus »

Ah ce besoin de perfection, cette perfection qui rassure mais qui empêche d'avancer…

 » la perfection peut être l'ennemie de l'excellence… »

À trop vouloir être parfait on finit par ce créer des fameux oui mais qui justifient cette peur d'avancer…


Les « oui mais… »

Assez vite on a élargi la conversation.

Car cette charmante demoiselle me dit depuis des mois vouloir créer sa chaîne YouTube et n'y parvient pas.

Elle a toujours une bonne raison « je ne me sens pas prête »

« Je dois améliorer mes aigus »

«  je n'ai pas la bonne caméra pour filmer »

« Je n'ai pas assez de compos »

J'appelle ça les oui mais...

Loin de moi l'idée de juger car je la comprends totalement !

Se lancer, franchir le cap c'est compliqué !

Surtout quand son entourage ne sait pour ainsi dire pas qu'elle chante car pour eux le chant ça n'est pas très « sérieux ».

Je lui ai donc demandé d'identifier les fameux « oui mais » pour mieux les comprendre, les appréhender.

Et si vous avez un projet que vous repoussez sans cesse je vous invite vraiment à les noter et à prendre conscience de leur présence.

C'est seulement ainsi que vous trouverez des solutions pour enfin avancer…

C'est même essentiel, pas facile facile mais tellement efficace !

Le doux monde des haters…

Et puis nous sommes aller encore un peu plus loin avec Julia.

Car l'idée était d'avancer, en douceur, sans trop se brusquer mais d'avancer.

Pas à pas, tranquillement mais sûrement.

Un pas à la fois, des petits challenges pour apprivoiser cette peur.

L'accepter aussi et trouver des solutions.

Elle a fini par me raconter une anecdote très parlante.

En allant sur la chaîne YouTube d'une de ses artistes favorites elle avait fait une découverte bouleversante.

Elle était allée voir dans les commentaires d'une des vidéos les plus regardées de cette grande artiste reconnue.

Un live d'un morceau qui pour elle « déchirait ».

Et vous savez ce qu'elle y a trouvé ?

Des commentaires désobligeants...

C'est ainsi qu'elle a découvert, ou redécouvert, le monde merveilleux des haters.

Vous savez ces personnes qui utilisent un pseudo pour mettre des commentaires haineux et d'ailleurs souvent hors de propos.

Et bien sûr les commentaires franchement désagréables étaient bel et bien présents.

Certains qui critiquaient la voix pourtant époustouflante de cette artiste.

D'autres qui disaient qu'elle avait grossi et que sa robe la boudinait.

Julia a fini par me dire : « mais si ma chaîne marche un peu je vais me prendre ce genre de commentaires, je crois que je ne le supporterai pas, c'est tellement violent… »

Oui c'est violent les commentaires haineux.

Le plus souvent ils sont en plus gratuits et infondés.

De temps en temps il y a bien une critique constructive mais on ne la voit même plus.

Pire on l'interprète comme un commentaire haineux tant elle est noyée parmi eux.

Et c'est vrai le succès, même relatif, attire les critiques, et les haters.

Et un commentaire peut oui blesser.

Et le succès c'est ça aussi.

C'est accepter d'être critiquer, voir juger par des personnes qui ne vous connaissent pas, qui même souvent n'ont pas vraiment regardé la vidéo…

Mais heureusement ça n'est pas que ça le succès !

Et on peut se préparer mentalement et savoir y faire face pour ne pas être paralysé le jour où ça arrivera.

Se préparer mentalement 

Oui oui on a des solutions pour faire face le plus sereinement possible à ce type de situation…

Considérer les commentaires haineux comme une marque de réussite…

J'en connais qui fêtent le 1er commentaire déplacé car c'est aussi signe que notre contenu ne laisse pas indifférent.

Et que s'il peut déplaire à certains il plaira du coup à d'autres.

Qu'on commence à se faire connaître et que c'est indispensable pour vivre de son art si tel est notre choix, notre envie.

Alors oui pourquoi ne pas le fêter comme une petite victoire intermédiaire, 

En moyenne un hater représente combien de personnes qui ont apprécié, le plus souvent silencieusement, votre contenu ?
5, 10 ? 50 même peut être ?

L'accompagnement ou coaching vocal pour lutter contre cette forme de harcèlement

Le « coaching », je parle plus volontiers d'accompagnement, peut servir à identifier ce type de peurs pour bien sûr en prendre conscience et pouvoir trouver des solutions adaptées.

Je me rappelle de mon 1er dislike, qui est arrivé très tôt dans l'histoire de ma petite chaîne Youtube.

J'avais été peinée, ne comprenant pas pourquoi cette personne ne « m'aimait pas ».

« Heu elle te connaît pas, arrête de prendre ça pour toi. Pense aux gens que ça peut aider, c'est pour eux que tu fais ça, les autres laisse les causer » m'a gentiment rétorqué une de mes petites voix. (Oui on est plusieurs dans ma tête…)

Bon j'ai été relativement malmenée à l'école pour ne pas dire harcelée.

Ça m'a donné la force de ne pas trop m'inquiéter des critiques non constructives et de continuer mon chemin sans que ça ne me touche trop.

Disons que j'ai développé des stratégies mentales adaptées.

Stratégies qui se personnalisent et dont on reparlera sûrement avec Julia.

Parce-que ce ne sont pas quelques haters potentiels qui vont l'empêcher d'avancer…

Des stratégies efficaces 

Une des 1ères stratégies, j'en parle régulièrement, est d'identifier ses qualités vocales.

De savoir ce que l'on apprécie dans sa voix.

De développer une auto évaluation positive.

J'ai fais une vidéo disponible sur la chaîne YouTube si vous voulez aller y jeter un œil : https://www.youtube.com/user/chantvoixetcorps


Personnellement j'aime utiliser une voix soufflée dans mes aigus.

Une petite voix que je trouve très chargée émotionnellement et avec laquelle j'aime jouer.

Évidement après un concert il y a quelques années une connaissance est venue me voir pour me faire son retour.

Comme ce monsieur chantait depuis fort longtemps, dans une toute autre esthétique que celle que je défendais, il a cru pertinent et aidant de me faire quelques retours constructifs et fort maladroits.

Aucune malveillance ici, juste des certitudes peut être pas très à propos.

Il m'a gentiment dit « belle voix mais il faut absolument que tu fasses quelque-chose pour tes aigus soufflés. C'est vraiment un manque de technique qui ne met pas en valeur ta voix… »

Hum…

Mais moi je les aime ces aigus soufflés.

Je les ai justement travaillés pour ne pas avoir un timbre trop lisse.

Je les trouve adaptés à ce que je veux faire passer.

Et visiblement ce monsieur n'a pas compris mon intention.

Mais en y réfléchissant, et en me demandant quoi faire de son retour, j'ai décidé d'assumer mes aigus soufflés.

Parce-que je les aime moi mes aigus soufflés.

Et que des morceaux du type roads de Portishead avec un timbre plus plein ça ne sonne pas je trouve.

C'est un choix esthétique assumé.

Et oui certains n'aimeront pas et se permettront de nous le faire savoir.

Ils en ont le droit…

Les haters pointeront même eux aussi le bout de leur nez.

Mais c'est mon choix alors je laisserai glisser les remarques, je les prendrai en considération si elles me semblent constructives et pertinentes mais je serai la seule à finalement décider.

Cette anecdote illustre je trouve assez bien l'importance de connaître ses qualités vocales et de faire ses propres choix artistiques.

Pas ceux du prof ou d'un copain musicien.

Les siens…

Et pourtant quand je demande à mes élèves ce qu'ils souhaitent améliorer, quelles sont leurs qualités vocales la plupart du temps ils ne peuvent pas me répondre

Ils doutent…

Et même s'il est essentiel de se remettre en question, de douter, à un moment il faut aussi savoir prendre des décisions et choisir les chemins à emprunter…

Donc pour résumer si vous êtes dans la même situation que Julia, ou que moi il n'y a pas si longtemps, je vous invite à tester ces 3 axes :

  • déterminer vos oui mais
  • lister vos qualités vocales
  • comprendre esthétiquement où vous souhaitez aller

 

 

Et vous, vous avez déjà rencontré ce type de peurs ? Comment les avez-vous gérées ? Avez-vous trouver des stratégies efficaces pour vous ?

Si vous voulez dans un prochain article je vous en donnerai quelques autres à explorer…

Prenez soin de vous

Pour en découvrir plus...

Libérer sa langue pour libérer sa voix

Libérer sa langue pour libérer sa voix

1 octobre 2013

La langue nous parle :

La langue peut faire partie des verrous très fréquemment rencontrés et qui peut bien souvent entraver la liberté du geste vocal. On estime qu’au moins. 2 vocalistes sur 3 présentent une hypertonie linguale ou des parafonctions gênantes. Petit rappel: la langue a une taille plus conséquente que ce que l’on s’imagine souvent. Cet organe compte pas moins de 17 muscles, 8 pairs et un impair, qui veulent bien souvent trop participer lors de l’émission vocale. Ainsi la langue a des liens anatomiques directs avec l’os hyoïde (donc le larynx…), la mâchoire, le pharynx, OAA… Mais plus encore car elle appartient à nombre de chaînes musculaires!!! (Et viscérales en prime…) Ainsi son rôle sur la régulation posturale est très important! Autrement dit vouloir améliorer sa posture, son alignement sans s’arrêter à la case langue peut s’avérer discutable… Ok, alors quelles sont les fonctions de la langue ?

Les croyances vocales

21 novembre 2018 |  , , , ,

Les croyances vocales

 

On en parlait hier avec les profs en formation : les progrès de nos élèves sont souvent freinés par des croyances, ici vocales, et une des missions du prof de chant peut être de les mettre à jour pour les confronter à une réalité physiologique et acoustique.

L'importance des sensations corporelles pour un geste vocal sain

20 septembre 2018

L'importance des sensations corporelles, de la proprioception, pour un geste vocal sain et efficace

 

Étant kiné de formation initiale il m'a naturellement semblé que la production vocale était avant tout un ensemble de gestes coordonnés au même titre par exemple qu'un art martial. Lorsque nous parlons ou chantons nous faisons un ensemble de gestes, de mouvements. La difficulté pour nous autres vocalistes réside entre autre dans le fait que ces gestes sont la plupart du temps presque invisibles. On ne voit guère bouger le diaphragme, le larynx ou encore la langue. Alors comment ajuster ces gestes pour qu'ils soient efficaces ? Qu'ils répondent à nos attentes ? Qu'ils ne nous fatiguent pas inutilement ?

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire

Coco | 29 avril 2020 à 16 h 53 min Répondre

Votre article est super et tombé à pic, il m’a fait un grand bien. Un grand merci !

S’abonner à la chaine YouTube

Aucun événement n'a été trouvé

lun

11

Jan

Du 11 janvier 2021 au 26 mars 2022

Formation professeur de chant et de technique vocale

Montpellier et en ligne |  27 commentaires

Tout afficher