Evidence based practice et pédagogie vocale

Emmanuelle Trinquesse |  27 août 2019 |  , , , ,

EBP Evidence based practice 

Science et pédagogie vocale 

Je me sens profondément scientifique. 

Au bord de la piscine tous les étés je lis des publis scientifiques parce-que oui j'adore ça ! 

Je trouve que c'est mieux, ou presque, qu'une série Netflix avec de très nombreux rebondissements. 

Et puis soyons clairs la pédagogie vocale gagnerait je trouve à s'appuyer un peu plus sur ce que nous offrent nos amis chercheurs.

Alors oui je me sens plutôt attirée par l'EBP.

 

Mais c'est quoi l'EBP ? 

C'est ce que nos amis Anglo Saxons nomment l'evidence based practice.

J'ai découvert ce monde merveilleux grâce à mon boulot de kiné. 

Car ça a totalement remis en question les pratiques que j'avais apprises bien sagement à l'école. 

Ça m'a déstabilisée, fait douter, je crois que je peux parler de petite révolution.

Ce que je croyais acquis, vrai ne l'était peut être pas. 

Par exemple les recommandations et les traitements pour prendre en charge la lombalgie ont totalement été revus et ce que j'ai appris sagement à l'école n'est plus mais alors plus du tout d'actualité !

Ça m'a permis une introspection et une réévaluation de ma pratique en tant que kiné qui je crois a su être bénéfique pour chacun. 

Et naturellement j'ai eu très envie d'appliquer cet EBP à la pédagogie vocale. 

Mais l'EBP c'est quoi ? 

C'est créer du lien entre recherche scientifique et pratique, ici pédagogique, tout en prenant en compte les besoins de nos élèves. 

EBP et pédagogie vocale

EBP et pédagogie vocale

En s'appuyant par exemple sur des publications scientifiques liées à l'acoustique, à la physiologie ou encore aux neurosciences on peut questionner nos pratiques pédagogiques et peut être mieux s'adapter aux objectifs des professionnels de la voix qui nous consultent. 

Donc oui cela revient à avoir une base scientifique pour s'appuyer sur ce qui semble statistiquement être le plus efficace pour une certaine population dans un contexte particulier.  

Sans bien sûr oublier l'expérience du praticien, du pédagogue, l'expertise qui reste centrale. 

Ni d'ailleurs les objectifs et les besoins de nos élèves.

Ça permet juste je l'espère d'éviter une certaine forme d'ésotérisme pédagogique que l'on rencontre parfois.

Et les croyances limitantes qui peuvent en découler et qui malheureusement ne nous aident pas à progresser sereinement. (Je vous remets le lien de l'article que j'ai écris à ce sujet : https://www.chantvoixetcorps.com/les-croyances-vocales/ ) 

Est-ce que ça veut dire que grâce à la science on détient la vérité ? 

Et bien non car la science est en évolution constante. Elle tend à nous rapprocher d'une pratique la plus efficace possible mais ne permet nullement d'affirmer que c'est ainsi et pas autrement. 

Elle pose des hypothèses qu'elle teste ensuite. 

Sans entrer dans les détails il existe des protocoles stricts pour qu'une étude scientifique puisse être considérée comme telle.

Et il y a cette fameuse reproductibilité. Je ne rentre pas dans les détails ici mais si ça vous intéresse on pourra certainement en reparler…

En gros ce n'est pas parce-qu'une étude montre tel ou tel effet de telle ou telle technique que cela suffit à valider la dite technique.

Et puis bien sûr pour nous praticien et pédagogue l'expérience compte aussi énormément. 

C'est l'aller retour permanent entre recherche, pratique et bénéfice pour nos élèves ou patients qui rend ce processus si intéressant. 

Et on peut espérer que la pratique puisse également inspirer les recherches scientifiques. 

Même si je constate dans ma pédagogie que certaines explorations semblent super bien fonctionner soyons honnêtes je ne sais pas toujours pourquoi. 

L'exploration en elle même est-elle vraiment efficace ? Et si oui pourquoi ? 

Est-ce peut être aussi un effet contextuel ? La relation avec le pédagogue, l'écoute, le lieu, l'objectif à atteindre ? 

Est-ce que cela peut se rapprocher d'un effet placebo ? Ça marche alors que  finalement l'exploration en elle-même n'apporte pas grand chose d'un point de vue purement physiologique ? 

Les deux derniers étant d'ailleurs aussi très importants et à prendre en considération dans nos pratiques. 

Dis autrement est-ce que c'est parce-que j'ai proposé tel exercice que j'ai obtenu tel résultat ? Peut être oui. Mais ça n'est pas si simple. 

Est-ce que c'est parce-que j'ai mal dormi qu'il pleut aujourd'hui ? Hum peut être pas en fait…

Bon je caricature évidement mais l'idée est là ! 

Et c'est là aussi que la recherche scientifique a sa place ! 

Donc oui je trouve passionnant de s'intéresser à l'EBP y compris en pédagogie vocale même si oui c'est parfois, souvent, déconcertant, déstabilisant. 

L'EBP c'est donc pour moi un fondement scientifique à notre pratique lié à l'expérience du pédagogue en lien avec les besoins de l'élèves. 

Mon expérience, mon expertise conforte ma pratique. 

Je fais une veille scientifique, je la mets en relation avec ce que je propose, je réajuste au besoin ma pratique pédagogique, j'échange beaucoup avec mes élèves sur ce qu'ils ont vécu, sur leurs besoins, leurs attentes et je relance la boucle d'auto formation perpétuelle.

775ac7a3-9fa6-4374-b008-09446b569bb8

Au moment où j'écris ces ligne je suis dans l'avion pour PEVOC, la Pan Européenne Voice Conference, le lieu privilégié des échanges pluridisciplinaires et scientifiques sur la voix d'où je crois l'inspiration de cet article…

Donc grâce à l'EBP je suis en perpétuelle recherche, je continue à apprendre tous les jours. 

Et ça rend mon métier encore plus riche et passionnant ! 

Pour en découvrir plus...

La vocologie: entre rééducation vocale et cours de chant…

4 octobre 2013 |  , , , , ,

J’ai très envie de partager avec vous cet article, sous forme de newsletter, de Joana Revis sur le concept de vocologie. Très intéressant et clairement ancré dans cette nouvelle aire vocale développée ces dernières années il nous éclaire sur cette discipline récente qu’est la vocologie. Ingo Titze l’explicite ainsi: « plus que d’entreprendre une « rééducation » en vue de traiter une « pathologie » (la dysphonie), il s’agit de construire, d’améliorer et de renforcer les processus vocaux normaux pour répondre à des besoins spécifiques. » (cité par Joana Revis)

Bien chanter…

26 novembre 2018 |  , , , ,

Bien chanter

 

Je veux bien chanter… Nous l'avons vu dans le post précédent c'est ce que veulent la plupart des chanteurs quand on s'intéresse à leurs objectifs…

D'ailleurs si vous n'avez pas lu ce post je vous invite à le consulter par ici pour profiter pleinement de celui-ci.

Quand consulter un médecin phoniatre pour sa voix ?

4 juin 2018

Quand consulter un phoniatre ?

 

J'estime en tant que prof de chant qu'une de nos responsabilités est d'informer nos élèves sur l'intérêt de consulter un phoniatre.
En effet je rencontre très souvent des chanteurs qui me disent éprouver des difficultés vocales depuis plusieurs mois sans pour autant être allé voir ce qui se passe au niveau de leurs cordes vocales. Parfois il n'y ont tout simplement pas pensé ou ont estimé que leurs soucis allaient se régler tout seul. D'autres fois ils n'aiment pas beaucoup l'examen médical en lui même ce que je conçois. Et puis bien sûr ils ont souvent peur du diagnostic qui pourrait être annoncé et c'est bien naturel.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S’abonner à la chaine YouTube

Aucun événement n'a été trouvé

jeu

16

Jan

Du 16 janvier 2020 au 27 mars 2021

Formation professeur de chant et de technique vocale

Montpellier et en ligne |  23 commentaires

Tout afficher